Décembre 1999 une petite toux anodine genre à laquelle on ne prête pas beaucoup attention. Visite chez le pédiatre qui nous dit que ce n’est pas grave mais qu’il faut surveiller son poids. Puis arrive Noël en Charente maritime : le début des catastrophes. Tout d’abord la tempête qui abîme toutes les maisons de la famille et qui nous bloque quelques jours de plus en Charente. Laura tousse toujours. De retour chez nous, de nouveau des visites chez le pédiatre qui nous dit toujours de ne pas être inquiets et qui nous donne un sirop. Février une nouvelle alerte, Laura a perdu beaucoup de poids et a de plus en plus de mal à respirer. De nouveau chez le pédiatre. Cette fois bien décidé à faire quelque chose, mais ce dernier ne semble toujours pas inquiet, jusqu’au moment où je lui demande de vérifier sa fréquence respiratoire. Et c’est à ce moment-là qu’il a l’air de comprendre et qu’il nous dit, qu’il va appeler l’hôpital de Valence pour prendre un rendez-vous.
A partir de là, tout se précipite. Une radio des poumons pas très bonne, des examens qui s’enchaînent et toujours pas de réponse. Un Médecin vient nous voir et nous annonce qu’ils ne sont pas compétents pour soigner Laura et il nous redirige sur Lyon.
Hôpital de Lyon, service du professeur Bellon. De nouveau des examens qui n'en finissent plus pour en arriver à un diagnostic confirmé par une biopsie pulmonaire réalisée dans une clinique horrible par un médecin ma foi très compétent. Pneumopathie interstitielle lymphoïde avec fibrose pulmonaire et débrouille toi avec ça.
Des essais de traitements à base de cortisone... quelques rares améliorations. Laura ne se nourrit plus. On lui pose un gastrotomie (orifice permettant à l’aide d’un dispositif d’introduire de la nourriture directement dans son estomac) puis de nouveau des essais de traitements de la chimiothérapie, toujours sans résultats probants.
Fin 2004 une nouvelle aggravation. Cette fois, on nous dit qu’il n’y a plus d’espoir qu’il faut faire une transplantation cœur poumons. Commence une longue liste d’examens pour l’inscription. Puis c’est l’attente... Pendant ce temps, Laura grâce à l’oxygénothérapie et à des doses massives de cortisone semble aller beaucoup mieux de telle sorte que de nouveau, nous découvrons une enfant pleine de vie qui joue et rit comme les autres c’est pour cela qu'un an après son inscription quand le téléphone sonne pour nous proposer un poumon et un cœur pour Laura nous avons refusé. Et ainsi peut être gagné quelques années de sa vie.
Aujourd’hui l’état de Laura s’est de nouveau dégradé et elle est de nouveau listée pour une transplantation cœur poumons mais cette fois nous ne pouvons plus reculer, la décision a été moins difficile à prendre car c’est Laura qui a grandi et qui a décidé de se faire opérer, ce qui nous soulage sans vraiment nous soulager, d’une décision ma foi très difficile à prendre.
Nous sommes donc aujourd’hui dans l’attente de cette greffe salvatrice et tant redoutée.